Généralement connu pour ses bienfaits thérapeutiques et ses multiples vertus, le cannabidiol (CBD) est aussi appelé « cannabis light », contrairement au THC et à ses composants psychoactifs. En réalité, plusieurs études et témoignages ont montré les résultats neuroleptiques, anti-inflammatoires, anxiolytiques et antalgiques de cette composition. En revanche, en même temps, d’autres voix s’augmentent afin de mentionner les éventuels risques du CBD, également en France, dont les mentions signalées par les autorités manquent jusqu’à présent beaucoup de clarté.

Est-ce que le CBD a des bienfaits ?

Cette substance a clairement une grande capacité qui demande davantage d’investigation afin d’exhiber ses vertus. Nombreuses études estiment que le CBD pourrait être considéré comme un médicament et à de multiples vertus. L’effet le plus ressenti de cette molécule est une sensation de bien-être. Pourtant, d’un avis médical, le CBD présente plusieurs qualités telles que :

  • anxiolytique ;
  • neuroleptique ;
  • antiépileptique ;
  • anti-inflammatoire ;
  • calmer la nausée ;
  • apaiser les migraines ;
  • actionne contre l’insomnie.

Alors que ces effets sont bénéfiques, le CBD doit être pris uniquement dans une vocation médicale. Il est important de signaler que la différence entre un médicament et une drogue est dans l’application que l’on en fait. En cas de maladie, la prise de médicament permet de se soigner. Cette molécule devient vite une drogue, si on la prend dans une situation de non-maladie. L’usage de CBD doit être dans un cadre purement médical et non pas comme une drogue. Sa place est donc dans les pharmacies.

Quels sont les dangers et risques du CBD ?

Le CBD est considérablement efficace pour se réunir avec le sommeil, et pour la relaxation. Par contre, un surdosage peut amener la personne dans un état de somnolence qui n’est pas recommandé quand il est programmé de pratiquer des activités qui nécessitent une grande concentration comme la conduite de voitures.

Dans le cadre d’un travail, il se peut qu’une personne soit dans l’obligation de réaliser un dépistage, même si ces tests demeurent imprécis. En réalité, il est possible de prendre le cannabis, avec la consommation de CBD. Ces tests pour confirmer la prise de cannabis ne sont pas tous précis parce qu’ils ne se dirigent pas seulement sur le THC, mais aussi sur un vaste spectre de cannabinoïdes notamment le CBDA, le CBN.

Le CBD est une substance « underground » qui bien qu’elle soit autorisée, elle demeure moins utilisée et il va être indispensable de patienter quelques années pour que les examens de dépistage prennent en considération les divergences entre le THC et le cannabidiol. Il est par conséquent conseillé de stopper la consommation de CBD pendant de nombreuses semaines avant d’effectuer un test de dépistage.

Quant à l’utilisation du CBD par l’industrie du tabac cela n’a jamais été bon. Tout comme les cigarettes, fumer de CBD peut provoquer des maladies oncologiques, cardio-vasculaires et respiratoires. En plus, un joint légal peut contenir du THC en raison de la haute teneur en CBD. Les études parlent d’une influence du THC si une personne fume plus de quatre joints de CBD, en moins d’une heure. D’où la conduite devient déconseillée, vu les effets calmants du CBD.

Ajouter un commentaire